À Azemmour, le sacré et le mystique entourent de tout coin cette cité. Une sensation particulière et attachante prend tous visiteurs de la ville. L’histoire amoureuse, échouée, de Moulay Bouchaïb et Lalla Aïcha El Bahriya continuera d’enflammer les sens et de régner sur toutes les générations et sur tous les hôtes de la ville de Moulay Bouchaïb.

Le mouvement maraboutique est très populaire à Azemmour. Du temps des Almoravides et des Almohades. Un homme a marqué cette époque dans la ville d'Azemmour, c'est Moulay Bouchaïb Erredad Essaria. Actuellement, le sanctuaire de Moulay Bouchaïb Erredad reçoit la visite de plusieurs centaines de visiteurs venant de toutes les villes du Royaume. Il en est de même pour le sanctuaire de Lalla Aïcha El Bahriya qui se trouve près de l'embouchure de l'Oued Oum Rebia. Selon la légende, Lalla Aïcha El Bahriya, dont on connaît peu de choses sur sa vie et sur son itinéraire et qui restent très vagues, était venue de Bagdad jusqu'au Maroc pour connaître le patron d'Azemmour, Moulay Bouchaïb. Arrivée à l'embouchure de l'Oued Oum Rebia, Aïcha se noya dans l’oued Oum Rebia sans jamais connaître le sort de l’être de ses rêves ni découvrir la ville dont les gens l’adoptèrent comme Sainte. De nos jours, Lalla Aïcha El Bahriya est devenue une sainte réputée pour guérir des femmes stériles. Celles-ci se rendent à sa tombe tous les jours et durant toute l'année. Quand la femme stérile arrive, elle se déshabille et se couvre de henné mélangé avec de l'eau de mer. Puis elle se lave, aidée de la moqadma, par l'eau de sept vagues successives. Quand elle termine, elle doit laisser sur place quelques éléments de ses habits et tout ce qu'elle a utilisé pour se laver comme le peigne, etc. Ensuite, vient l'étape où la moqadma lui donne une ceinture verte qu'elle doit constamment porter. Avant de s'en aller, elle laisse des présents à la sainte. Si la femme tombe enceinte, elle revient avec des présents plus importants et rend la ceinture ; dans le cas contraire, elle peut revenir et recommencer l'opération si elle le désire.

Lalla Aïcha El Bahriya est aussi, selon les croyances, la sainte marieuse.  Elle appelle donc, selon l'imaginaire populaire, au devoir de la visite, celles et ceux qui ne parviennent pas à se marier, qui ne parviennent pas à s’affranchir du célibat. Lalla Aïcha aurait le don de désenvoûter, de libérer les emmurés de la vie séparée…

Notre société tolère mal la vie des femmes restées longtemps célibataires. L’espoir de la vie en couple les presse, les enchaîne alors aux rituels millénaires : offrir des bougies, faire don d’argent aux gardiens du sanctuaire puis murmurer des vœux près du tombeau de la sainte sacrée, se laver à l’eau purificatrice des environs ou transcrire avec du henné, sur le mur blanc de l’enceinte, son prénom et celui de l’être aimé et espéré. Le destin s’occupera du reste. Il faut croire, abandonner son sort, avoir la foi, aime-t-on répéter ici : sans foi, rien n’est possible. Auprès du sanctuaire se rangent, par dizaines, des voyantes et des fkihs pour offrir leurs services. Des femmes jeunes et âgées les entourent assises dans une grande résignation et soumission. Lalla Aïcha El Bahriya est aussi réputée pour guérir du Tqaf. Mais en réalité, tous ces soi-disant miracles ne sont que des actes ignobles de charlatanisme, d'escroquerie et qui peuvent vous jeter sataniquement dans le gouffre de la prostitution.

Plus loin, autre lieu, autre saint. Moulay Bouchaïb défie par son Minaret l’ondulation éternelle de l’océan. Des milliers de personnes de toute condition socio-professionnelle y accourent. Des rituels en tout genre s’y pratiquent. Toutefois, le scénario reste le même : l’investigation du mal et le désenvoûtement. Les hommes s’approchent furtivement, une véritable procession de femmes s’accrochent au catafalque. D’autres se bousculent à l’entrée de la « chambre des supplications ». Dans l’imaginaire populaire, Moulay Bouchaïb est un saint dont la baraka est souvent synonyme de fertilité. C’est  pourquoi, chez certaines personnes, Moulay Bouchaïb est «  Âttaye lâazzara » (donneurs de garçons). Ainsi, selon ces croyances, partir seul et amoureux, c'est l'enfer pour les couples en mal d’enfants, le voyage est fertile. Malheureusement, non loin du  sanctuaire de  Moulay Bouchaïb Erreddad Assariya, on y pratique toute sorte de débauche loin de tout contrôle répressif et malheureusement au su de tout le monde: vol, prostitution, homosexualité, drogue, pédophilie ….

 

L'imaginaire populaire marocain

La  légende des deux amoureux, Moulay Bouchaïb et Lalla Aïcha El Bahriya est un symbole parfait du sacré et du mystique dans l'imaginaire populaire marocain. L’histoire des deux amoureux est celle d’un destin incompris, d’un amour impossible. Ainsi, selon la légende, les larmes qui n’avaient pas réussi à tarir les deux cœurs meurtris avaient réussi à remplir un fleuve, Oum Rebia, le fleuve le plus légendaire du Maroc.

Cependant, il faut signaler que ses deux Saints n'ont jamais prétendu durant leur vie qu'ils guérissent du Tqaf et de la stérilité ou qu'ils "donnent des garçons". Loin de là, ses deux saints savaient bel et bien que l'Islam bannit ces genres de croyances car leurs pratiquants perdent la foi en Dieu le Tout Puissant. En plus, ceux qui demandent secours aux saints, morts ou vivants, n'ont aucune différence,  du point de vue mentalité et quotient mental, des membres des tribus primitives des forêts de l'Afrique Noire. Il est regrettable que ces deux saints soient devenus synonyme de superstition, de prostitution  et autres pratiques immorales. Et ce, devant le mutisme absolu et l'indifférence totale des responsables.

L'Aïd El Kébir (la grande fête), appelée aussi «Fête du mouton», «Aïd El Adha», «Fête du sacrifice», est une grande fête religieuse qui célèbre le miracle opéré par Dieu substituant un bélier au fils qu’Abraham lui offrait en sacrifice. Cette fête est aussi une communion entre musulmans. Et, à l’approche de l’Aïd El Adha, El Jadida est devenue un «souk» pour les ovins. La quasi-totalité des quartiers se sont transformés en centres pour la vente de moutons. Évidemment, cette année, les  prix des moutons enregistrent des hausses qui vont pénaliser les Doukkalis aux bas revenus.                                                                                        

Quelques jours avant la fête, El Jadida est en ébullition. Partout, on voit des moutons transportés sur les épaules, sur les mobylettes, dans des carrioles, à vélopousses; tous les moyens sont bons. La plupart des bêtes proviennent de (Errahba)  située au sud-ouest de la ville. C’est un véritable labyrinthe. Pour circuler, il faut se faufiler et surtout faire attention à ne pas prendre une patte ou une corne dans l’œil. Le choix du mouton se fera selon ses propres techniques : on tâte les cuisses pour voir si la chaire est bonne, on regarde et on marchande.

Des garages et même des impasses servent, ces jours-ci, de «parcs» pour moutons. Les transactions s’effectuent généralement de manière anarchique, sans aucune précaution contre les risques que peuvent engendrer ces manières de faire. En effet, un nombre indéterminé de marchés s’ouvre au gré des disponibilités du terrain et des conjonctures. Pourtant, les autorités provinciales ont pris une série de mesures destinées à préserver le cadre de vie et lutter contre les risques de dégradation. Cette mesure est constituée par la détermination du lieu d’installation du marché de moutons de l’Aïd El Adha (Errahba) au niveau de la capitale des Doukkala.

Les principales races proposées dans les Doukkala sont le «Sardi», la race «Timahdite», la race «Boujaâd», appelée aussi «Race jaune» et la race «Dammane».

L'Aïd El Kébir n’est pas seulement une affaire d’éleveurs et de consommateurs. Les intermédiaires " Chennaka" font légions dans les souks. Il leur arrive de réaliser des gains considérables. Le plus souvent, ils suscitent la flambée des prix en manipulant les opérations de vente. «Dupe est celui qui achète son mouton sans savoir s’il a affaire à un éleveur vendeur ou à un intermédiaire. La différence peut atteindre

800 DH lors d’une transaction de cinq minutes», indique Driss. Les « Chennaka», qui veulent engranger le maximum d’argent et rapidement, n’hésitent pas à employer les grands moyens, peu importe les contre-indications. Ces « Chennaka» sont des  maquignons improvisés qui imposent leur diktat. Ils sont issus de toutes les catégories sociales et professionnelles. Ils sont épiciers, vendeurs de légumes, enseignants, fonctionnaires, voire cadres. Ce sont les intermédiaires entre l’éleveur et le client, lequel est appelé à être sacrifié lui-même.  Pis encore, ces opportunistes utilisent un aliment de croissance destiné au poulet de chair pour engraisser les moutons. Pour les connaisseurs, rencontrés sur place, «l’engraissement des moutons par cet aliment est visible sur les viandes de boucherie avec des parties grasses et d’autres maigres. Cet aliment  permet de transformer un poussin de quelques grammes en un poulet de 3kg et plus, et ce, en 45 jours seulement. Imaginez un mouton qui a cette nourriture en abondance!!! ».

De son côté, M.B., professeur universitaire, préfère acheter directement d’une écurie pour deux raisons : «Primo, pour éviter la spéculation stimulée par les intermédiaires durant les derniers jours et secundo, pour m’assurer un bélier sain, en le laissant dans l’écurie jusqu'à la veille de l’Aïd». C’est pour une raison de commodité que la tendance actuelle des achats se concentre sur les écuries. «Les habitants des immeubles et des maisons sans petit jardin ne peuvent se procurer le plaisir de garder une semaine ou dix jours à la maison le mouton de l’Aïd ave tout le rituel de henné et la joie des enfants», développe avec nostalgie une mère de famille.

Sur le volet des achats, nombreux sont les acquéreurs qui ont déjà fait leur choix de la bête à immoler. C’est souvent le choix des enfants qui prime. Les parents ayant des petites bourses recourent à des avances, à des prêts ou à des crédits bancaires uniquement pour ne pas priver leurs enfants de cette joie collective: «La joie de mes enfants est au-dessus de toutes les dépenses», déclare A. Ahmed dont le fils a choisi un mouton estimé à 3700DH. L’Aïd El Adha, tout comme le Ramadan, est le terrain propice pour «tomber de Charybde en Scylla». Malheureux sont ces parents qui, pour échapper à la tristesse de leurs enfants, le jour de la Fête, préfèrent s’endetter. Ainsi, au-delà du sacrifice du mouton, symbolisant la soumission du prophète Ibrahim à Dieu, ce rituel religieux crée son lot d’offres de crédits à la consommation auxquelles ne résistent pas de nombreuses familles désireuses de pouvoir commémorer cette incontournable tradition. Par conséquent, la frénésie de consommation qui l’accompagne fait parfois oublier l’aspect religieux de cette tradition…Malgré tout, le sacrifice du mouton reste incontournable aux Doukkala, chaque famille cherche par tous les moyens à respecter la tradition. Peu importe les solutions utilisées. L’achat de l’animal reste une priorité même si les crédits à taux zéro proposés ne dupent personne. "Il faut être vraiment naïf pour croire qu’il existe des crédits à taux zéro», affirme Ben Salah.

Lors de notre passage à Sebt Douib, la semaine dernière, le prix du mouton sortait complètement de l’ordinaire. On y trouve des bêtes en tous genres avec des prix très variables, qui peuvent aller jusqu'à 6000 DH la tête. La différence des prix ne réside pas dans le poids mais dans les cornes! Les moutons ayant de grands appendices céphaliques en spirale et pointus, sont chouchoutés par leurs propriétaires. La nature a gâté cette fois-ci les éleveurs. Ainsi, contrairement à l’année passée où le mouton pesant entre 20 et 25 kilogrammes n’avait pas dépassé les 2000 DH, cette année, le prix du mouton de même poids est cédé entre 2500 et 2800 DH. 

Au souk de bétail de Had Ouled Frej, connu par toute la population des Doukkala, surtout à l’approche de l’Aïd El Adha, les prix pratiqués sont vertigineux. Même si les moutons sont disponibles, le choix reste rare pour la majorité des bourses. Au sujet des prix excessifs des moutons, la majorité des citoyens disent que cela contribue encore plus à la diminution de leur pouvoir d’achat, déjà fortement érodé. C'est pourquoi plusieurs familles ont décidé cette année de se cotiser pour acheter  un veau coûtant entre 8000 et 11000 DH.

L’Aïd, c’est aussi l’occasion pour la prolifération de certains métiers saisonniers. Vendeurs de charbon, les connaisseurs en achat du mouton, les commerçants d’aliments de bétail, les aiguiseurs de couteaux munis de machines manuels ou électriques sans oublier les «hammala» ou transporteurs avec charrette ou véhicule.

La veille de l'Aïd El Kébir, tout est purifié : les maisons sont nettoyées de fond en comble, les tissus jusqu'au moindre petit chiffon, consciencieusement lavés.

À partir du moment où le mouton est choisi pour être destiné au sacrifice, il devient presque sacré, on lui fait boire différents breuvages, le matin de l’Aïd. C’est après la prière que le mouton peut être égorgé, généralement c’est autour de 9 H30. Le sacrifice doit être accompli par un homme pieux qui tranche la carotide de la bête dont la tête est dirigée vers La Mecque. Commence alors le travail : une fois la tête coupée, à l’aide de pompe à vélo ou tout simplement en soufflant dedans. On gonfle l’animal afin de détacher la peau des muscles. Puis par les pieds, on le suspend et on commence à lui retirer la peau très délicatement. Celle-ci sèchera puis sera nettoyée. C’est un très bon tapis pour la prière. La bête est vidée de ses entrailles qui seront conservées. Tout se mange : poumons, foie, cervelle, boyaux, le gras…. Une fois le mouton dépecé, on le laisse sécher. Le premier jour, selon les us et coutumes, le mouton n’est pas entamé n’importe comment. Les Doukkalis commencent par «boulfafe» (morceaux de foie enrobés de crépine grillés). Le soir, on mange du couscous préparé avec l’épaule droite qui, désossée permet d’y lire l’avenir : la bonne récolte, un bonheur quelconque, les jeunes filles peuvent distinguer les silhouettes d’éventuels prétendants… Et aucun repas ne saurait se terminer sans le fameux verre de thé.

Le reste du mouton entier passe la nuit dans la maison enveloppé dans un linge et suspendu. Il n’est découpé que le lendemain. Et selon la tradition, un tiers est donné en aumône, un tiers consommé et un tiers conservé. La viande du mouton est conservée pendant une certaine période (le guédid). La recette consiste à découper la viande en fines lanières et à la faire mariner dans un récipient en y ajoutant du sel et des épices (cumin, gingembre, curcuma, etc). La dernière étape, c'est le séchage au soleil pendant quelques jours. Le guédid est utilisé dans la préparation des tajines et en couscous. Avant d'utiliser cette viande séchée, il faut la laisser tremper dans de l'eau pendant une nuit. Le guédid peut être conservé plus de deux mois. Certains ménages, en plus du guédid, préparent des petites boules de graisse dans une bande d'estomac ficelées avec des intestins (sel et épices). Ces boules appelées "Courdas" sont utilisées uniquement dans le couscous.

Il reste que, dans certaines familles, le sang et certaines parties du sacrifié sont utilisés à des fins magiques. L’omoplate sert à lire l’avenir. Quand à la Gadida (7 différents morceaux de viande séchée et épicée), elle sert à prévenir la stérilité.

Quant aux enfants, de simples observateurs au début, ils prendront part activement à la fête. Ils vont recevoir au deuxième jour de la maîtresse de maison quelques morceaux de viande et des légumes pour confectionner un plat appelé

« Khailouta» (mélange).

Selon Mohammed Ben Salah, un vieux jdidi: «Autrefois, l’Aïd avait aussi ses traditions. C’était une occasion pour la famille et les amis de se retrouver  pour échanger les vœux de l’Aïd. La communion entre les voisins était profonde et peut aller jusqu’à offrir un mouton aux familles pauvres. Mais les temps ont bien changé, on n’égorge plus le mouton comme avant. L’évolution du mode de vie a entraîné de nouvelles habitudes, les gens n’ont pas appris les techniques du sacrifice comme le faisaient leurs ancêtres. Aujourd’hui, le sacrifice du mouton se fait par des bouchers ambulants qui font le tour des zones urbaines et fixent leurs tarifs entre 200 et 300 DH par tête d’agneau. Le sacrifice et son sens demeurent ancrés. Mais les modes ont changé, même les réjouissances ne semblent plus avoir le même goût. Autrefois, le soir de l’Aïd, les gens se livraient à des festivités et à des rituels tels que le «Sbâa Boulabtayene»(le lion aux sept peaux de mouton). Les festivités pouvaient durer sept jours. Et le matin du deuxième jour, c'est "Hlilou". Les enfants et les jeunes y disposent d'une totale liberté pour asperger voisins, amis et passants. Garçons et filles trottent dans les rues à la recherche d'une proie ou d'un point d'eau pour s'approvisionner.».

L’Aïd El Kébir, la fête de tous les sacrifices

Aux Doukkala, l’Aïd El Adha est aussi l'occasion d'effacer toutes les rancœurs, de pardonner, de se réconcilier ou de se rapprocher les uns les autres et de repartir sur de bonnes bases. Et pour les enfants, cette fête est synonyme de joie, de gaieté et de bonheur. À l'occasion on leur offre des vêtements neufs.   

Mais beaucoup de gens ont oublié le vrai sens de l'Aïd, son sens religieux. Nombreux sont ceux qui procèdent à ce sacrifice pour se créer une bonne image auprès des autres, ou pour concurrencer son voisin. Même ceux qui n'en ont pas les moyens s'endettent afin d'acheter un mouton et faire bonne figure au sein de la société. Ainsi, toutes les catégories sociales respectent la tradition. Rares sont les exceptions et les plus pauvres empruntent ou vendent quelques pièces de leurs meubles pour acheter un mouton ou, à défaut, une chèvre. Les sommes en jeu sont importantes. Mais la pression sociale est forte et il est difficile d'ignorer l'Aïd. « Que faire de la journée de l'Aïd si l'on n'a pas chez soi un mouton à découper? Se résigner à humer les brochettes du voisin est un inimaginable supplice à la limite de l'humiliation», nous a dit Latifa, veuve et mère de trois enfants. 

Au-delà de sa connotation urbanistique, l’architecture a de tout temps porté en elle les germes de ces grands champs d’expression d’une civilisation, d’une société ou d’un groupement humain. Elle a toujours représenté le reflet d’un état des lieux tout en symbolisant un mode d’organisation économique et social qui fait appel à un certain génie collectif. Essayer de remettre en question ce concept, serait indéniablement faire preuve d’une transgression aux règles déontologiques et partant de tout un art de vivre.

Aujourd’hui, il nous suffit contempler ces massifs de béton qui envahissent nos villes à un rythme on ne peut plus effrayant, de méditer ce paysage urbain contemporain réduit en une accumulation simpliste d’objets standardisés pour comprendre que la leçon n’a pas été bien apprise par nombre d’intervenants dans ce domaine. C’est qu’en fait, la prise de pouvoir par les professionnels s’est focalisée, sans succès d’ailleurs, sur la productivité et les coûts, dans un marché de logements en permanente pénurie et face à une demande incapable d’imposer ses exigences qualitatives. Le sur mesure, le pittoresque, l’expressif se trouvent ainsi disqualifiés explicitement pour laisser libre cours à la froideur et à la neutralité qui se trouvent normées ou, au contraire exaltées comme signes de la modernité.

Il faut dire que dans bon nombre de nos villes, les choses sont arrivées à un stade irréversible. Toutefois, certaines évidences nous amènent à estimer que ce constat ne s’est pas encore généralisé. Il existe encore quelques villes qu’on peut qualifier d’émergentes, où le paysage urbain demeure encore dans un état inachevé ou embryonnaire et à ce niveau, des possibilités de redressement ou de rattrapage sont toujours envisageables.

Cela nous ramène à la ville d’El-Jadida, devenue ces derniers temps, l’exemple de cet espace urbain et architectural qui se voit insidieusement sombrer dans les banalisations, exception faite de certaines tentatives sérieuses et réfléchies.

Pourtant, pas plus loin qu’hier, ses traits se dessinaient de très loin comme une belle partition de musique.

Aujourd’hui, il n’est nullement question d’un sujet d’arrière plan, il s’agit bel et bien d’une question de fond qu’il y a lieu de débattre, car la notion de beauté dans le cadre bâti semble être en voie de disparition.

C’est peut-être parce que ce concept n’est plus appréhendé dans son intégralité, ou pris pour le dernier des soucis aux yeux des gens du milieu.

Pour conclure dans la raison et loin de toute intention réductrice, nous estimons que l’acte architectural qui se ressource de la réflexion et de la noblesse du savoir être, doit renouer avec ses véritables portées et ses profondes significations, afin que chaque intervenant retrouve en lui cet artiste toujours en quête de beauté et de cet esprit créatif, libre et spontané.

Quoi qu’il en soit, le beau n’exclue guère l’utile, au contraire, celui-ci en fait partie intégrante. 

Après vous mesdames. Cette petite phrase clé qui sent les parfums de la civilité, du respect et de la galanterie, a été depuis longtemps vidée de sa légitime et véritable substance, amenant ainsi certains esprits simplistes voire rétrogrades à lui faire porter ce vilain habillage de faiblesse, d’inefficacité et de marginalisation. La vérité, c’est qu’on a perdu beaucoup de temps pour découvrir, puis explorer comme il se doit cet inépuisable gisement qui sommeille sous le manteau de la féminité et dont les ressources s’avèrent aujourd’hui salutaires pour le pays, que ce soit dans les domaines économiques,  que dans les sphères politiques et sociales. Réveil de conscience ou impératifs de ces nouveaux temps, où la femme s’est intelligemment imposée comme un levier solide de croissance et de création de valeur ? En tout cas, la marocaine de nos jours qui a dépassé largement le cap des complexes réducteurs, n’admet plus le profil bas. Son omniprésence aux différents niveaux décisionnels s’est révélée un gage des plus fiables dans la dynamique que connaît le pays par rapport aux multiples défis de ce nouvel ordre économique fortement effervescent. Dans ce contexte, l’Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc (AFEM), qui a été fondée en 2000, représente une facette de cet esprit d’engagement où la femme donne libre cours à son savoir faire, à son endurance et à son sens du partage. Elle est la première association professionnelle féminine à avoir obtenu la certification ISO 9001 V 2008 pour les activités de développement de l’entrepreneuriat féminin et d’aide à la création d’entreprises. L’association est présente sur tout le territoire marocain à travers son bureau national à Casablanca et ses délégations régionales de Rabat, Fès, Marrakech, Tanger, Agadir, El-Jadida et Meknès. En organisant la 61ème édition du Congrès International des Femmes Chefs d’Entreprises mondiales du 25 au 29 Septembre 2013 à Marrakech, L’AFEM cherche à conjuguer tous les efforts afin de mettre la lumière sur le rôle fondamental des femmes entrepreneures dans le leadership et la performance durable de l’entreprise, pour une meilleure contribution au développement socio-économique des nations. Placée sous le thème : «Femmes entrepreneures, des valeurs sûres pour une performance durable», cette manifestation qui a regroupé quelques 800participants provenant de 70 pays se veut un espace de réflexion et de débat dont l’objectif vise à explorer des pistes de collaboration au service de la promotion de l’entreprenariat féminin. Toujours est-il qu’au-delà de ce saut en avant qui tend à nous faire découvrir certains sentiers non battus, force nous est de souligner qu’on a beau chasser le naturel, il revient toujours à l’assaut. Et ce naturel dont nous faisons allusion, est synonyme de Marocaine d’aujourd’hui, cette force vive du pays qui a su comment reconquérir ses lauriers d’honneur et son rang primordial dans l’échiquierNational.