Émouvant hommage aux deux grands hommes de Théâtre Jdidi : Feu Mohammed Saïd Afifi

et son élève Hadj Abdelmajid Nejdi

Écrit par : Elmostafa Lekhiar et Abdelhak Nejdi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première édition du Festival théâtral de la citerne, à El Jadida, organisée la semaine dernière, a connu un grand succès à tous les niveaux. Et ce, grâce au travail de l’équipe qui s’est chargée de l’organisation, au soutien de la province d’El Jadida et à l’appui des partenaires.

Le rideau est tombé, jeudi 30 mars 2017, sur la première édition du Festival théâtral de la citerne qui s’est étalée, du 27 au 30 mars, à El Jadida. Dédié à l’un des géants du 4e art, en la personne de Mohammed Saïd Afifi, artiste natif d’El Jadida, décédé en 2009, ce rendez-vous aux couleurs d’Afrique, qui a été organisé par l’association « Masque Bleu » d’El Jadida, en partenariat de la direction de la culture El Jadida- Sidi Bennour, sous le thème «El Jadida : espace de théâtre et carrefour des cultures africaines», a vraiment apporté un apport considérable à la promotion et à l’épanouissement de la culture maroco-africain. Aussi, il contribué au développement de l’animation artistique par la création d’un climat festif à travers la ville.

En somme, un vibrant hommage a été rendu à Hadj Abdelmajid Nejdi, l’un des élèves de feu Mohammed Saïd Afifi et dont le parcours et les œuvres ont été remis au goût du jour en cette occasion. Nombreux étaient les artistes, ses amis, ses proches et ses collègues venus assister à la cérémonie de son hommage qui a été présidée par le gouverneur de la province d’El Jadida, Mouâad El Jamaï.

Ainsi, lors de la cérémonie d’ouverture du Festival Théâtral de la Citerne, le gouverneur de la province d’El Jadida, Mouâad El Jamaï a tout d'abord exprimé toute sa satisfaction pour la tenue de cette manifestation combien importante pour le rayonnement du 4 ème art. « Nous sommes vraiment très émerveillés, nous sommes très réjouis car nous savons que cette ville a toujours été  un réservoir d'artistes, c'est la ville qui regorgeait le plus d'artistes tel que Bouvard qui est natif d’El Jadida.

M. Mouâad El Jamaï a aussi saisi cette occasion pour rendre un hommage à feu Mohammed Saïd Afifi et à l’artiste et journaliste Hadj Abdelmajid Nejdi. « Nous avons une pensée particulière à l'endroit de notre grand artiste feu Mohammed Saïd Afifi que nous avons connu, que nous avons aimé, car c'est un homme qui, de son vivant, avait investi tout son savoir-faire pour le rayonnement du Théâtre Marocain. Nous avons aussi une pensée particulière à l'endroit de Hadj Abdelmajid Nejdi et notre grand journaliste Elmostafa Lekhiar qui ont tout donné à notre région à travers leurs multiples activités. Ils viennent dernièrement de publier un livre sur le Théâtre Jdidi. Nous remercions les organisateurs d'ajouter un peu de vie et de gaieté à notre ville. Et cet événement artistique et culturel doit faire d’El Jadida un pôle d'attraction des artistes venus de tous les horizons. Et je voudrai ici réaffirmer l’appui de la province et des services concernés au rayonnement de ce genre de manifestations pour qu’elles se perpétuent. ».

Hadj Abdelmajid Nejdi a dit, en s’adressant au gouverneur de la province d’El Jadida, Mouâad El Jamaï : « Permettez-moi, monsieur le gouverneur de la province d’El Jadida, de vous remercier du fond de mon cœur pour ce généreux hommage qui m’a tant honoré. Votre présence est un encouragement à l’endroit des hommes et des femmes qui font la fierté du 4ème art à El Jadida ainsi que des hommes de la presse locale. Permettez-moi aussi, monsieur le gouverneur de la province d’El Jadida, de vous prier d’accepter mon estime et surtout mon admiration. Admiration pour les œuvres que vous faîtes pour le développement de la province à tous les niveaux en général et pour la promotion de la culture et des arts, et admiration pour l’homme humble de cœur, simple et exceptionnel. Dans ce cas précis, elles sont à jamais indissociables… ».

À noter que huit troupes issues de plusieurs régions du pays, ainsi que la troupe sénégalaise «Africa Bégué», n’ont pas manqué d’égayer de nombreuses familles jdidies, avec des spectacles de haute facture. Ainsi, la musique et la danse ont également eu la part belle lors de cette cérémonie d’ouverture avec notamment un show musical aux couleurs de l’Afrique, assuré par «Africa Bégué». Originaire du Sénégal, la troupe «Africa Bégué» a chanté l’espoir, le bonheur, la paix et la fraternité maroco-sénégalaise, mettant le feu à la scène grâce à des rythmes entrainants. Ses danseurs ont interprété un tableau de danse traditionnelle sur des airs d’une musique rituelle folklorique puisant ses racines dans l'Afrique subsaharienne.

Quant à la cérémonie de clôture, qui s’est déroulée dans une ambiance conviviale, elle a été marquée par la présentation de la pièce théâtrale intitulée (Âfrite Allayl). Produite par la troupe théâtrale « Masque Bleu » d’El Jadida), cette œuvre artistique a vraiment réussi à susciter la curiosité et l’émerveillement du public, notamment les férus du 4e art.

Pour les organisateurs, les troupes théâtrales participantes n’ont rien à envier aux grands professionnels du 4e art, tant sur le plan du décor, du jeu de scène que sur les différentes thématiques d’actualité traitant des sujets aussi divers que variés. Pari gagné, donc, pour les membres de l’association « Masque Bleu » d’El Jadida qui se félicitent de la réussite totale de leur manifestation. « Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette édition un événement aussi important qu’indispensable pour une société avide de moments de détente, d’un espace d’évasion, d’un point de rencontre… Surtout pour ces centaines de familles qui ont afflué vers le théâtre de la cité portugaise ou le théâtre Mohammed Saïd Afifi pour suivre avec beaucoup d’intérêt les spectacles organisés en la circonstance », se réjouit Abderrahim Anasnassy, président de l’association organisatrice.

 

Quant à l’avenir du festival, le gouverneur de la province a insisté sur la nécessité de développer et d’élargir cette expérience pour que ce festival soit international.

Notons que trois  livres sur le théâtre jdidi, El Jadida et la fauconnerie ont été signés lors d’un master class en marge du festival.