5ème édition du festival de la fauconnerie Lekouassem sous le signe de la perpétuité  de l’art de la fauconnerie

Écrit par : Hadj Abdelmajid Nejdi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fauconnerie, cet art de capturer un gibier dans son milieu naturel à l'aide d'un oiseau de proie dressé, est pratiquée dans plus d'une quarantaine de pays et a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO en 2010. Pour la quatrième fois, El Jadida lui consacre un festival international « Itkane Assakkar » (Perfectionnement et Maitrise de la fauconnerie), du 29 Septembre au 1 er Octobre 2017, à Zaouiat Lekouassem, Ouled Frej, sou le thème «Traditions ancestrales et patrimoine universel- Transmission intergénérationnelle».

Sous l’égide de la province d’El Jadida, l’Association Provinciale des Affaires Culturelles d’El Jadida, la commune rurale de Zaouiat Lekouassem et l’Association des Fauconniers Lekouassems, en collaboration avec la Direction Régionale de la Culture, organiseront du 29 Septembre au 1 er Octobre 2017, la cinquième édition du Festival de  la Fauconnerie Lekouassem dans la Commune rurale de Zaouiat Lekouassem, à Ouled Frej, Province d’El Jadida, là où s’implante l’un des dernies bastions de la Fauconnerie au Maroc.                                               

Les organisateurs ont tenu à donner à cette manifestation culturelle ancestrale, une ampleur internationale. Ainsi, cet évènement connaîtra la participation des passionnés de cet art venus de la Tunisie, les Emirats arabes Unis, le Qatar, le Portugal et d’autres pays européens et qui devraient être présents en force aux côtés des fauconniers Lekouassems d’Ouled Frej, réputés pour être parmi les maîtres de cette pratique au niveau national.

Afin d'enrichir ce rendez- vous du patrimoine culturel et immatériel, le comité organisateur a instauré un programme riche et varié comprenant entre- autres des conférences traitant du thème de la fauconnerie, des spectacles associant la musique traditionnelle et l'art de la chasse au faucon, une exposition de fauconnerie sous le thème « la fauconnerie dans le monde arabe », une exposition des outils de la chasse, une compétition pour jeunes plasticiens autour du faucon, une compétition pour plasticiens confirmés autour du faucon, une compétition de la photographie autour du faucon, en plus de spectacles de fantasia et des spectacles de la musique traditionnelle animés par diverses troupes folkloriques et groupes populaires. Cette manifestation s'intéressera également au cheval et au chien de chasse « Sloughi » ainsi qu’à l’art culinaire Doukkali et qui font partie du riche patrimoine de la région. Et ce, en plus de spectacles de fantasia et d’une exposition des produits du terroir de la région.

Ainsi, en célébrant la renaissance de la fauconnerie dans la province d’El Jadida, par le biais de ce cinquième Festival, les organisateurs aspirent  à remettre aussi au devant de la scène les autres aspects de la tradition et du patrimoine Doukkalis, notamment le savoir-faire en matière d’instruments de chasse, l’habillement traditionnel, la musique, le chant, la danse et l’art culinaire, le Slougui, sans pour autant oublier l’incontournable cheval qui participait autrefois à la chasse au vol.

Et, en veillant à l’organisation de ce cinquième Festival de la fauconnerie, les initiateurs de cet événement, notamment le chercheur en patrimoine populaire doukkali, Mustapha El Baydouri, président de l’Association Provinciale des Affaires Culturelles d’El Jadida, Driss Lamrabet, chercheur en patrimoine populaire doukkali, Abderrahmane Ariss, directeur régional de la culture à El Jadida, et Mohammed El Ghazouani, président de l’Association des fauconniers Lekouassems d’Ouled Frej ne se sont pas limité à la production du spectacle.

Ils se sont bel et bien impliqués dans la réécriture d’une ancienne et belle histoire. L’histoire d’un patrimoine que les nouvelles générations doivent comprendre et s’enorgueillir. Celle d’un fabuleux épisode de notre civilisation, dont la tribu des Chorfas Lekouassems a su préserver l’essentiel malgré tous les aléas et les risques de l’oubli.

À rappeler que l'UNESCO avait déclaré le 16 novembre 2010 la fauconnerie "patrimoine culturel immatériel de l'Humanité", suite à une candidature multinationale portée par onze pays : l'Arabie Saoudite, la Belgique, la République tchèque, la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis, l'Espagne, la France, le Maroc, la Mongolie, le Qatar et la Syrie.

La tribu des Lekouassems dans la région des Doukkala, particulièrement douar Smaâla à Had Ouled Frej, province d’El Jadida et à Ouahla d’Ouled Âmrane, province de Sidi Bennour, est connue pour sa passion pour la chasse au faucon et son savoir-faire ancestral dans l'élevage et le dressage des rapaces pour la chasse, dont jouissait leur aïeul Ali Ben Abou Al Kassem.