Écrit par : Ahmed Chahid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Simple question de crédibilité et du devoir de citoyen bien en phase avec ses propres convictions, sa pleine conscience et son implication positive dans le mieux être de son environnement proche et direct, à savoir, sa ville.

Cela nous ramène à ce proche mais lointain temps où pas plus de quatre personnes, en l'occurrence Chahid Ahmed, Lekhiar Elmostafa, Jamal Dalil Essakalli et Nejdi Abdelmajid ont pris l’initiative  d’organiser la première exposition des anciennes photos d’El Jadida, en guise de leur participation à la célébration du classement de la Cité Portugaise sur la liste de l’Unesco, en tant que Patrimoine Universel le 30 Juin 2004.

Au su des ratages, la machine d'El Jadida s’est grippée quelque part !!

Écrit par : Ahmed Chahid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le constat des lieux s’avère des plus troublants. Il est déroutant, choquant et inadmissible.

On serait tenté de croire que quelque part, certains décideurs ne se rendent même pas compte qu’El Jadida de nos jours survit bien loin en marge de ce Maroc moderne, celui-là même où les compétitions entre régions et villes a été ouverte depuis longtemps, pour donner libre cours à l’esprit de l’innovation et au sens de la créativité, afin que leur espace vital soit à la hauteurs des aspirations citoyennes.

La province d’El Jadida devrait normalement jouer dans la cour des grands

Écrit par : Ahmed Chahid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis un certain temps, trop de projecteurs se sont braqués sur la Province d’El Jadida en la qualifiant parfois de futur premier pôle économique du pays. Les projections d’avenir telles qu’elles se présentent jusqu’à nos jours tendent vers ce même sens, surtout lorsque cette Province s’est greffée à la géante région Casa-Settat même au risque de perdre son nom en cours de route.

Toutefois, pour l’observateur averti, ce n'est pas surprenant que la province d'El Jadida puisse reconquérir sa position de plate forme économique de premier choix sur l'échiquier National. D'ailleurs, cet état de fait ne peut être considéré que comme un retour à la normale et une réconciliation de cette province avec son propre passé.

El Jadida, autrefois sirène de la grande bleue, ressemble de nos jours à un laideron

Écrit par : Ahmed Chahid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Perpétuelle course du temps. Implacable et irréversible fuite du temps.  2017 vient  à peine d’expirer, le cœur encore chaud, qu’une autre année pointe déjà annonçant ses premières lueurs dans une aube teintée d’espoirs, de vœux et de vierges volontés qui aspirent au meilleurs des lendemains.

Que reste-t-il de l’ancestrale Mazagan

dans la mémoire des Jdidis ?

Écrit par : Elmostafa Lekhiar et Hadj Abdelmajid Nejdi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plage d’El Jadida était une destination prisée de tout estivant cherchant une belle plage avec toutes les infrastructures nécessaires à un séjour en toute quiétude et tranquillité. Chaque année, les estivants, de tous les horizons, affluaient en quête de fraîcheur naturelle. Ils étaient séduits par l’état impeccable des cabines de cette magnifique plage, de son irréprochable propreté, de la disponibilité des douches et des robinets extérieurs ainsi que les WC pour hommes et pour femmes. Mais, dernièrement, des centaines de millions ont été engloutis pour murer les cabines avec une imposante clôture. Un investissement qui n'est pas du goût des Jdidis. Ce " clos " veut dire encerclé, embastillé tout un pan d’histoire de la ville et de ses estivants.

Quand la courtoisie fait place

à l’arrogance même dans les urgences

Écrit par : Hadj Abdelmajid Nejdi et Elmostafa Lekhiar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains fonctionnaires et employés apparaissent comme peu serviables, pas terriblement polis et se comportent de façon inappropriée au regard des attentes que l'on peut avoir vis-à-vis d'un agent public au service des citoyens. De ce fait, plusieurs habitants vous accostent pour se plaindre  du comportement de tel fonctionnaire ou tel employé. Cela devra tout de même interpeller l'administration publique et les autorités provinciales!

Les Ferrachas font main basse sur El Jadida devant une siba qui sonne comme un aveu d’impuissance

Écrit par: Hadj Abdelmajid Nejdi et Elmostafa Lekhiar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À El Jadida, presque tous les trottoirs, espaces pour piétons, chaussées sont squattés par les Ferrachas ou sont encombrés par les tables et chaises des cafés, des voitures ou carrément annexés comme s’ils faisaient partie de la propriété privée de ceux qui les ont annexés. Les habitants, les commerçants et les propriétaires des magasins de la ville ne cessent de se plaindre à qui veut les entendre.

لا تزيين بمدينة الجديدة للمدارات و ملتقيات الطرق

و الشوارع و الساحات الرئيسية بالأعلام المغربية و اللافتات

كتابة : الحاج عبد المجيد نجدي و المصطفى لخيار

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

احتفلت المغرب ، يوم السبت 18 نونبر 2017 بالذكرى الثانية والستينين لعيد الاستقلال المجيد ، وفي عدة مدن مغربية٬ ٲقيم حفل استعراض رسمي بحضور شخصيات عسكرية ( الدرك الملكي و القوات المساعدة) و ممثلي الجمعيات و مسؤولو المجالس المنتخبة . ٲما بمدينة الجديدة٬ فقد مرت المناسبة و كٲنها تقع في كوكب المريخ.

Pour mieux être à l’écoute des attentes des habitants,

il faut instaurer une gouvernance de grande proximité

Par : Elmostafa Lekhiar et Hadj Abdelmajid Nejdi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bureaucratie, est un fléau qui endommage au quotidien la vie des Jdidis, et l’engrenage fait qu’elle peut même bloquer toute initiative d’investissement, découragé par le temps monstre que prends la constitution d’un simple dossier administratif ou le retrait d’un simple certificat. Car cela demande énormément d’effort de la part de l’initiateur, et souvent, cette action rime avec long moment d’attente, et insatisfaction du service. Ainsi, tout service à caractère public ne cesse de se dégrader à El Jadida et le blocage administratif s'intensifie de plus en plus. Notre quotidien devient pénible, l’anarchie et l’ingérence est partout, trop c’est trop !!

Le chef de la diplomatie algérienne Messahel souffre d'une jalousie maladive envers le Maroc

Écrit par : Mustapha Abou Ibadallaah

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères d’Algérie, n’a jamais caché sa haine du Maroc. C’est pourquoi de temps en temps, il fait preuve de jalousie vu que le Royaume du Maroc a réalisé de grands succès en Afrique. C’est de cette maladie fort douloureuse, dont semble bien souffrir le chef de la diplomatie algérienne Messahel, qui l’a poussé à accuser froidement le Maroc de recycler l’argent du haschisch via ses banques dans le continent Africain. Dénonçant les déclarations infondées et les propos criminels du cynique Messahel, Mustapha Abou Ibadallaah, l'un des vétérans du journalisme marocain, envoie une lettre à l’illettré Messahel à travers notre journal électronique «eljadidasat.info » :