Quand on se croit tout permis... sans se soucier des autres

Écrit par : Elmostafa Lekhiar et Hadj Abdelmajid Nejdi

 

À El Jadida, s’emparer du domaine public est devenu monnaie courante chez certaines personnes qui défient en toute impunité la loi. Ainsi, l’incivisme se répand et beaucoup de ceux, qui se croient avoir une distinction sociale, confondent droits de l’homme, liberté et anarchie.

Adopté depuis peu par certaines personnes se croyant au-dessus de la loi, un nouveau mode de comportement tend à se propager d'un bout à l'autre de la ville. Copiant des pratiques propres aux animaux marquant des territoires autres que les leurs, ces personnes n'hésitent pas à s'approprier de larges espaces appartenant au domaine public. Un phénomène qui tend à prendre de l'ampleur à travers un processus pervers, se développant sournoisement au vu et au su de toutes les autorités compétentes en la matière.

Ainsi, chez certaines personnes, l’instinct de propriété prend des proportions de plus en plus inquiétantes. Non contents de vouloir tout s’approprier par les culbutes en tout genre, ils ont même tendance  à vouloir s’emparer de ce qui est du domaine public. C'est-à-dire ce qui est financé par vous et nous et qui destiné impérativement à l’usage de tous, sans aucune distinction de classe sociales. Ce vent de folie qui s’est emparé de certaines personnes leur fait croire que tout est leur dû. Est-ce que les responsables vont mettre fin à cette vague de SIBA à El Jadida ?