La commune d’Ouled Hamdane souffre d’un manque criard d’infrastructures nécessaires

Écrit par : Hadj Abdelmajid Nejdi et Elmostafa Lekhiar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La commune rurale d’Ouled Hamdane (25 km d El Jadida), dépendant du Caïdat

d’Ouled Frej, cercle de Sidi Smaïl, province d’El Jadida, occupe presque la place de lanterne rouge en matière de développement dans cette province.

Pourquoi cherche-t-on à dévaluer les Tazotas en tant que patrimoine historique et architectural?

Écrit par : Hadj Abdelmajid Nejdi et Elmostafa Lekhiar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la région des Doukkala, dans l'arrière-pays d'El Jadida, à 90 km au sud de Casablanca, existent des constructions en pierre sèche, c’est-à-dire sans mortier, uniques au Maroc appelées Tazotas, circonscrites dans un territoire bien défini.

Ces habitats en pierres sèches est un patrimoine que se partagent le Maroc, la France, l’Italie, la Grèce, Malte, l’Irlande, la Palestine, la Slovénie, la Suisse, …

Après le « mur de la frustration » qui a clôturé les cabines de la plage, un autre « mur de la honte »

du littoral Sidi Daoui défraie la chronique

Écrit par : Hadj Abdelmajid Nejdi et Elmostafa Lekhiar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est même plus de l'indélicatesse. La commune urbaine d’El Jadida entreprend depuis quelques jours la destruction de l’ancien soi-disant muret de protection tout au long de l’avenue Annasr pour construire un nouveau mur plus haut empêchant ainsi les habitants de pouvoir apercevoir le bord de mer sans gêne .

Ironie du sort, après le « mur de la frustration » qui a clôturé les cabines de la plage, un autre « mur de la honte » du littoral Sidi Daoui va défrayer la chronique à El Jadida. Du béton, encore du béton alors qu’on pouvait avant contempler les bateaux, au large, et profiter du vent de la mer quand on étouffe en ville. Il ne reste aux élus qu’à poser  une  plaque symbolique portant l'inscription « Ici destruction de patrimoine ».

بنايات طازوطة تعاني الإهمال و تكاد تختفي نهائيا

كتابة : الحاج عبد المجيد نجدي و المصفى لخيار

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

حين يمر المرء بدكالة و بالضبط بأولاد بوعزيز  أو أولاد سالم أو أولاد حمدان أو الشعيبات٬يسترعي اهتمامه بنايات متناثرة على طول الطريق، حجر فوق حجر من دون إسمنت أو رمل أو حديد. هذه البنايات الغريبة يطلق عليها المحليون «طازوطة»٬ حيث يقال إن الإنسان استقر في هذه المساكن الفريدة منذ قرون بعيدة، وهذه البيوت شاهدة على تاريخ الاستقرار البشري في المنطقة، لكنها أصبحت اليوم في عصر التمدن أطلالا مهجورة.

Écrit par : Ahmed Chahid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Simple question de crédibilité et du devoir de citoyen bien en phase avec ses propres convictions, sa pleine conscience et son implication positive dans le mieux être de son environnement proche et direct, à savoir, sa ville.

Cela nous ramène à ce proche mais lointain temps où pas plus de quatre personnes, en l'occurrence Chahid Ahmed, Lekhiar Elmostafa, Jamal Dalil Essakalli et Nejdi Abdelmajid ont pris l’initiative  d’organiser la première exposition des anciennes photos d’El Jadida, en guise de leur participation à la célébration du classement de la Cité Portugaise sur la liste de l’Unesco, en tant que Patrimoine Universel le 30 Juin 2004.