Imprimer
Catégorie : Sports
Affichages : 1733

Les supporteurs des deux équipes ont complètement changé de comportement

Écrit par : Mustapha Abou Ibadallaah

Hier au complexe Mohammed V de Casablanca où s'était réuni un public record (jamais égalé depuis l’existence du derby) le Raja et le Wydad étaient opposés pour le match -retour du championnat de l’Elite I.

L’on se rappelle que lors de la rencontre-aller disputée avant la pandémie du Coronavirus (qui n’est plus qu’un lointain et mauvais souvenir !) les Verts s'étaient imposés sur le score d'un but inscrit par Hamid Ahaddad. Dès l'entame du match, les Rouges, avides de revanche, se sont littéralement portés à l’attaque en obligeant le keeper Anas Zniti à intervenir énergiquement pour sauver ses bois sur des tirs de Badie Aouk et d’Ismail Haddad notamment. Mais contre le cours du jeu ce sont les Verts qui ouvriront le score par l’intermédiaire de Ben Malango .Ce but a été chaleureusement applaudi même par les Wydadis .Il faudrait souligner que, contrairement au passé, le public rajaoui et wydadi a suivi la rencontre côte à côte et non comme auparavant, les premiers depuis la Magana et les deuxièmes depuis Frimija. Après la pénible épreuve vécue sous le maudit Corona les supporteurs des deux équipes ont complètement changé de comportement, faisant montre d’un fair-play et d’un civisme qui a ébahi tout le monde, les forces de l’ordre en premier lieu.

La deuxième mi -temps de cette rencontre sifflée par l’arbitre Hicham Tiazi amnistié par la commission d’appel de la FRMF, verra le Wydad égaliser lors du temps additionnel par l'intermédiaire de Mohamed Nahiri.

A l’issue de cette rencontre surréaliste, le public a longtemps ovationné les 22 acteurs qui ont fait montre d’un esprit sportif exemplaire puisque le referee de service n’a brandi aucun carton.

Longtemps cloués chez eux pour les raisons qu’on connaît, les supporteurs, après avoir quitté le stade, se sont longuement baladés à travers les artères de la ville et ne sont entrés chez eux qu’aux premières lueurs de l’aube.

Un beau rêve d’un triste confiné!