Une minute de silence a été observée à la mémoire de feu Driss Chakiri, ex président du DHJ. Deux heures avant le coup d’envoi, le défunt a été inhumé au cimetière limitrophe de Sidi Bouzid…L’Opinion Sport, en cette douloureuse circonstance,  présente ses sincères condoléances à la famille Chakiri, « Nous sommes à Allah et à Lui nous retournons »…

Les  Jdidis ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes car l’irresponsable Omar Mansouri n’a pas retenu la leçon de Lengoualama qui fut expulsé suite à ce mauvais tic d’ôter le maillot pour manifester  sa joie alors qu’il avait déjà un carton jaune ! Le même scénario arriva à Mansouri lors de cette rencontre capitale pour le DHJ qui pouvait facilement empocher les trois points utiles pour atteindre le but escompté,  une place africaine ! Mais à qui le crier semble dire Ben Chikha en levant les yeux vers le ciel ! Et si on sanctionnait le joueur fautif par 5000dh d’amande ? Peut- être que l’hémorragie s’arrêtera nette ! N’est- ce pas monsieur le président ? On  ferme  vite cette parenthèse et on ouvre celle de l’arbitrage où pour la première fois, on voit, dans le championnat, le referee procéder au changement de son assistant par le 4ème arbitre qui est sensé relevé l’arbitre de centre ! ça s’est passé à la 62ème minute. On ne vous  parle pas du joueur de l’ASFAR  qu’on soignait à l’extérieur du terrain et que Arriche gardait le match arrêté ! Alors que dire du coup franc sifflé en faveur de Chagou, alors qu’il venait de mettre au vent  trois attaquants militaires ? Et la règle de l’avantage monsieur l’arbitre ? La meilleure, celle d’Omar Mansouri crocheté en pleine surface de réparation écope du 2ème carton jaune et l’expulsion (74’).  Auparavant, même scénario arriva à Abdeslam Benjelloun (41’) ! Vraiment, l’arbitrage de cette rencontre a soulé les entraineurs voire les présents. Bref, les Doukkalis à la quête de la victoire à leur portée, se sont compliqués la tâche en prenant un but contre le courant du jeu, signé Youcef Anwar (29’). Bien servi par Aqqal, ce dernier planta le but à la barbe de Chagou et Ghrib. La première période se solda sur un but à rien en faveur de l’ASFAR…On  profite de la pause pour rappeler que plusieurs personnalités du monde de football sont venues des quatre coins du Maroc pour assister aux funérailles de leur ami, feu Driss Chakiri. Entre autres, les autorités locales, à leur tête, Mouad Jamai, gouverneur de la province d’El-Jadida et ses proches collaborateurs ainsi que Abdelkrim Bencherki, président de l’association des Doukkala , Brahim Taoufik, Abdelhak Fathi, successivement, ex et vice- président du DHJ, Maaroufi  Mohamed, Mustafa Ighcha, Baba et d’autres anciens joueurs du club doukkali . Une grande banderole de l’association des photographes sportifs affichait les sincères condoléances aux familles des  Feus  Bouabid et Chakiri .

De retour des vestiaires, les militaires de Rachid Taoussi campaient dans leur camp, laissant l’initiative aux poulains de Ben Chikha de multiplier leurs assauts jusqu’à gain de cause, le but d’égalisation réaliser par le remplaçant, Omar Mansouri  suite à un centrage de Lengoualama (69’) Le public jdidi estimé à quelques milliers alluma les fumigènes à la fumée multicolore tout en encourageant les joueurs pour alourdir le score mais Lengoualama, Nahnah,  manquèrent de réussite à moult occasions. Aqqal, lui aussi, rata l’opportunité de concrétiser à deux reprises pour l’ASFAR !    Somme toute, le nul n’arrange pas les affaires du DHJ qui va retrouver la coriace et talentueuse équipe du KAC à Kénitra  et l’ASFAR  accueillera à El-Jadida le surprenant KACM.